Camăr

La commune de Camăr est située dans la partie nord-ouest du pays, sur les collines de Toglaciu, appartenant à la plate-forme marginale de Sălaj, qui se déroule dans l'ouest du comté, ainsi qu'entre Barcău et Crasna. Le territoire administratif de la commune de Camăr se présente comme une zone de collines et de vallées fragmentées.


La commune de Camăr se compose de deux villages : Camăr-résidence de commune et le village Pădureni.


La commune de Camăr est située à la limite nord-ouest du Comté de Sălaj, ayant comme voisins comme suit : au nord, le département de Satu Mare et la commune de Bobota ; à l'est, la commune de Carastelec ; au sud, la commune Ip ; à l'ouest, le département de Bihor et la commune de Balc. Du point de vue économique, la commune Camăr se situe dans la catégorie des localités avec fonction principalement agricole, présentant les conditions d'un développement agricole et industriel de transformation des produits agricoles locaux.


La localité Camăr est de type recueilli, organisée avec des rues rayonnantes et ayant le jardin derrière la cour. Dans le centre-ville, situé sur le territoire d'une dépression, se dessine un noyau composé d'une église et plusieurs autres bâtiments, de forme allongée, occupant une île étroite près compacte entre deux rues parallèles, probablement résultant de l'emploi d'un espace central plus large de type « marché ». Les parcelles dans ce domaine ont des formes rectangulaires peu profondes, aux façades bien coagulées, continues sur certaines parties.


Dans la partie centrale le principal élément ordonnateur est la vallée Camărului, dont le lit pratiquement accompagne la rue sur une longueur d'environ 700 m entre la chaussée et l'allée piétonne est.


En aval du centre, la rue se découpe en deux fractionnements de routes situés des deux côtés de la vallée, à une distance d'environ 100 m du lit du ruisseau.


Vers l'extérieur du centre, généralement le long des petites vallées, mais aussi en grimpant vers le sommet des collines et les crêtes, des rues radiales sont élaborées, reliées entre eux par des rues parallèles aux courbes de niveau, créant un réseau entre lesquels le tissu urbain est de plus en plus raréfié. Dans ces rues les blocs de parcelles ont une forme allongée et rectangulaire, avec la partie étroite vers la rue. Les alignements ne sont plus aussi compacts, même si l'on maintient l'emplacement du logement en face de la rue.


La localité Pădureni est un village abandonné, laissé sans habitants.


Histoire


La résidence de commune Camăr est attestée des documents le 19 juin 1349 sous le nom de Kemer, avec l'établissement du domaine nobiliaire Dersyk.


Au fil des ans, la commune a été enregistrée aussi comme : 1435-Kemer, 1477-Kémer, 1546-Kemyr, 1733, 1737- Kameru, 1850-Kemér, 1854-Kémer, Camer.


La localité Pădureni est attestée pour la première fois en 1956, jusque-là fonctionnant comme un hameau de la localité Camăr. À la date du certificat, le village se composait d'environ 7 ménages.


Sur le territoire de la commune de Camăr, le seul site archéologique connu est situé dans le point « Csonkas », l'endroit ayant l'aspect d'un sommet allongé, situé au sud-ouest de la ville. À l'automne 1979, E. Lako du Musée de Zalau, a découvert à l'occasion des recherches de terrain de la céramique datant de la préhistoire, majoritairement atypique. Des fouilles archéologiques n'ont pas été effectuées à ce stade. D'après l'aspect, la poterie découverte dans le point « Csonkas » peut être encadrée plus largement dans la période de l'âge du bronze. La découverte suggère la présence d'une station archéologique dans l'âge du bronze, dont le caractère ne peut pas être encore spécifié en l'absence des recherches archéologiques proprement-dites. A côté des autres stations contemporaines trouvées dans la partie nord-occidentale de Sălaj, le site de « Csonkas » est particulièrement important pour spécifier la dynamique de l'habitation humaine de l'âge du bronze dans ce domaine.

Arrière